• août 2014
    L Ma Me J V S D
    « jan    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Petit Castor

    Petit Castor

  • Boogie

    Boogie

  • Le Père Lucien

    Le Père Lucien

La grande migration!

Posté par lulu1414 le 23 janvier 2012

Attention: à partir d’aujourd’hui, RdV uniquement sur le blog lucien14.blogspot.com (blogspot et non blogsport comme on a tendance à l’écrire!)

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Une journée « Galère »!

Posté par lulu1414 le 22 janvier 2012

Il y a des jours, comme ça, où c’est « galère » !
Sachant que nos Benjamines B et nos cadettes disputaient deux matches importants à Nice, j’avais prévu d’aller les voir… autant que faire se peut car les deux matches avaient lieu dans des gymnases géographiquement éloignés (le Malatesta à Nice Nord et le Maulnier à Nice Ouest) mais avec un décalage d’une demi-heure qui laissait une certaine latitude (respectivement 15H30 et 16 heures)
Première galère : trouver une place aux abords du gymnase Malatesta. J’y suis parvenu après trois tours du quartier… et quelques « libertés » avec le code de la route dans certains ronds-points.  Ce n’était pas tout à fait à côté mais un peu de marche ne fait pas de mal. Le problème c’est qu’avec le premier match de l’après-midi qui avait pris beaucoup de retard, celui des Benjamines ne pourrait commencer qu’avec au bas mot une demi-heure de retard.
Du coup j’ai décidé d’inverser mon programme. Récupération de la voiture et direction le Maulnier au quartier des Moulins où je n’étais jamais allé. Je me suis donc fié au GPS dont la « voix » m’a fièrement annoncé « vous êtes arrivé ». Le problème c’est qu’à l’endroit indiqué je ne voyais pas le moindre gymnase. Premier grand tour du quartier pour revenir à peu près au même endroit . Renseignement auprès d’un riverain qui m’indique la présence effectivement d’un gymnase « juste derrière » et d’un autre « juste après Nice Matin ». Me voilà donc reparti pour un second tour avec un GPS campant fermement sur ses positions. Retour à la case départ… et là j’ai repéré une petite route qui, 200 mètres plus loin, m’a permis d’apercevoir le minibus avec lequel l’équipe avait fait le déplacement. Grosso modo, le gymnase était bien là où le GPS me l’indiquait !
Le match venait tout juste de commencer et il ne m’a pas fallu longtemps pour me dire que « si j’avais su j’aurais pas v’nu » comme le disait le petit Gibus dans la « guerre des boutons » !
J’ai en effet été le témoin d’un exploit rarissime. Notre équipe a en effet mis très exactement 11 minutes et 14 secondes pour ouvrir son score ! Aucun point dans le premier quart-temps, cela arrive parfois en Poussines mais en cadettes je n’en ai pas le moindre souvenir. Par chance l’équipe défendait plutôt bien et n’était menée que 9/0 au terme de ce premier quart-temps. Rien n’était donc perdu.
Enfin, c’est ce que l’on pouvait penser. Malheureusement les deux premiers points allaient débloquer la situation… pour Nice BAO qui, dès lors, s’envolait irrésistiblement pour mener 28/7 à la pause. Inutile de dire que le match était plié. De fait nous avons perdu 41/27 en gagnant la seconde mi-temps mais sans pouvoir refaire notre retard.
A la mi-temps, j’ai donc quitté le gymnase pour retourner au Malatesta. Nouvelle galère pour trouver une place et comme le temps pressait j’ai laissé mon véhicule devant le gymnase sur un emplacement disons… improbable ! J’ai donc pu assister à la quasi intégralité du quatrième quart-temps avec un suspense de fou. A trois minutes du terme le Cavigal semblait avoir pris le dessus avec un avantage de 6 points mais l’équipe d’Heidi ne baissait pas les bras et finissait par égaliser sur un panier au buzzer, 31 partout. Prolongation et si nous avons marqué les premiers, ce sont les Niçoises qui l’ont finalement emporté 37/33. Désolation.
En fait, ce match m’en a rappelé un de l’équipe première il y a quelques saisons où Roquebrune avait terminé 2ème, à égalité de points avec Hyères Toulon et devancé d’un point de jeu au goal-average direct. Nous avions gagné de quatre points à l’aller et perdu de cinq au retour… après prolongations.
Or nous avions égalisé juste avant la fin du temps règlementaire sur deux lancers francs. En n’en réussissant qu’un nous aurions perdu le match… mais en conservant l’avantage du goal-average direct.
Même chose pour les Benjamines qui avaient gagné de trois points à l’aller. En s’inclinant de deux dans le temps normal, elles auraient conservé un avantage qu’elles ont donc aussi perdu dans cette prolongation ! Mais tout cela, ce sont des considérations que l’on peut faire « à tête reposée », après-coup. Dans le feu de l’action on essaie d’abord de gagner… ce qui est la base du sport. Et je ne voyais vraiment pas Heidi intimer à ses joueuses l’ordre de ne pas marquer !
Des matches, cette équipe en gagnera d’autres. Alors on sèche les larmes et on se remet « au travail ». Elle peut encore se qualifier pour les play-off et retrouver, pourquoi pas, le Cavigal en finale pour une « belle » où, cette fois, il n’y aura pas de calcul à faire.

Attention: à partir de demain, RV uniquement sur le blog lucien14.blogspot.com (blogspot et non blogsport comme on a tendance à l’écrire!)

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Marine à petits pas

Posté par lulu1414 le 16 janvier 2012

J’ai (logiquement) mis l’accent dans mon précédent post sur la performance de Pauline, comme je l’avais fait la semaine précédente sur celle de Sarah.
Mais, de la même façon que Sarah n’avait pas battu à elle seule Monaco, Pauline n’a pas vaincu à elle seule Saint Laurent. C’est une évidence.
Avant d’évoquer le « cas Sarah », je voudrais donc mettre l’accent sur les prestations de trois autres joueuses.
La première est Veronika qui a inscrit 17 points. Et, une fois de plus, on se demande comment !
Il y a décidément un mystère Veronika, joueuse-clef du groupe avec des lignes de stats à faire saliver n’importe quel entraîneur (d’ailleurs Cyril salive beaucoup…). Mais elle semble traverser les rencontres comme une ombre sans avoir l’air d’y toucher.  Heureusement pour elle,  il y a les stats et, une fois de plus, celles-ci mettent sa performance en évidence avec tout bonnement la meilleure évaluation du match (19, à égalité avec Pauline), 17 points, un 60% à trois points (3/5), 4 passes décisives et 3 interceptions.
Et si j’ai mis l’accent sur les nerfs de « fire-Pauline/ice-Machu », comment ne pas souligner le caractère bien trempé de notre Wera dont le regard se fait parfois noir, très noir, lorsqu’elle rate un tir ou vient de se faire un peu trop « chatouiller »… Mieux vaut alors ne pas croiser son chemin ! « Smile, smile » lui crie Cyril pour tenter de la calmer. Mais si sourire il y a, houlala, il inciterait plutôt à passer son chemin !
A l’inverse de Veronika, Marylène ne passe pas inaperçue. Avec son physique, il est vrai, ce serait difficile. Samedi soir elle n’a pas beaucoup scoré, 6 points, une misère pour elle qui est actuellement la meilleure marqueuse roquebrunoise. Mais elle a pris la bagatelle de 12 rebonds, délivré 3 passes décisiv

Marine à petits pas Marine-Blog

Concentrée et efficace, Marine dans un registre de "passeuse"

es, réussi 2 contres ! Cela vaut bien un 16, celui de son évaluation !
La troisième n’a pas des stats mirobolantes et n’a même pas marqué. Et pourtant !
Comme il le fait assez souvent, Cyril s’est reposé dans le dernier quart-temps sur un « cinq » quasiment inchangé. Après 2 minutes, Marylène est revenue à la place

d’Adou qui commençait à traîner la jambe aux côtés de Veronika, Pauline, Sarah et… Marine C. Parce que le coach savait qu’il lui fallait des « guerrières » et Marine est une guerrière. Qui a combattu aux quatre coins du terrain, qui n’a perdu aucun ballon, qui a participé à la construction du jeu, qui a défendu becs et ongles. Autant de choses qui ne se voient pas forcément. Alors oui, Marine C. dans un tel cinq, dans un tel match, cela mérite bien une mention spéciale en contre-point de la confiance accordée par son coach. Et dire que j’en suis ravi serait un doux euphémisme !
Pour conclure, je vais donc (re)parler de Sarah.  En termes comptables, cela donne 17 points dont 12 sur quatre tirs bonifiés (et 50% de réussite dans l’exercice, la moitié de sa perf de Monaco mais quand même largement au dessus des bonnes moyennes habituelles). Dans les tribunes un certain Jack n’en menait pas large. La semaine précédente lors du match contre Monaco, il avait fait un pari avec Sarah : il lui offrait le champagne pour cinq paniers bonifiés dans un match. Elle en avait réussi six (sur six tentatives) et Jack est donc arrivé samedi soir au gymnase avec deux bouteilles ! Il n’aura pas à le faire la prochaine fois mais ce fut juste ! En fait, il pourrait presque revenir avec une bouteille mais bon, c’est lui qui voit !
En marge de ses points, Sarah a surtout pesé sur le match et sa performance est d’autant plus méritoire qu’elle était très, très surveillée. Manifestement un plan « anti-Sarah » avait été mis en place – chose au demeurant logique – mais elle a su le plus souvent le déjouer en prenant plusieurs fois le match à son compte. Toute médaille ayant son revers, elle y a laissé beaucoup de forces et donc de lucidité ce qui peut expliquer  un taux d’adresse très moyen (sauf de loin). D’où une évaluation relativement basse (11) qui ne reflète pas l’impact qu’elle a eu sur la rencontre. Et encore moins l’impact qu’elle a sur tous les supporteurs roquebrunois !

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Et Pauline a souri!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Posté par lulu1414 le 15 janvier 2012

Alors là, les filles, ça commence à bien faire !
Non, sans blague, vous n’avez pas honte de faire ça à une personne (très) âgée (et accessoirement à une autre – moi ! – qui commence à l’être) ?
Une fois, passe encore. Mais deux d’affilée… La prolongation contre Monaco ne vous avait pas suffi. Il a fallu que vous nous en remettiez une une petite couche face à Saint Laurent. Sans prolongation cette fois mais c’est tout comme. 63/61 à très exactement 1’16’’ de la fin,  il y avait de quoi avoir le cœur qui bat la chamade, la mâchoire qui se décroche, les mains qui torturent le crayon. Ce n’était plus un match de basket mais un film d’horreur avec des hordes barbares de bleu vêtues venues de l’Ouest (ça change un peu !) qui déferlaient de tous les côtés.

Et Pauline a souri!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Pauline-Blog-191x300

Coucou, c'est moi Pauline!

Il fallait tenir… non, il fallait tenir ET réagir, défendre et contre-attaquer, happer le ballon et ne plus le lacher, repousser encore un peu plus loin les limites de la fatigue.
Il fallait… et vous l’avez fait. Alors nous avons eu très peur, nous avons entrevu le pire et, au bout du compte, la sirène a retenti sur un succès qui nous a tous laissés ivres de bonheur… mais mentalement épuisés. Et si, ce matin, notre personne (très) âgée se réveille avec un herpès, il ne faudra pas en chercher bien longtemps les raisons !
Le tableau général ayant été brossé, on peut désormais s’attarder sur les détails d’une fresque grandiose qui s’est peinte sous nos yeux (parfois) hagards.
Il est des matches que l’on oublie très rapidement. Au contraire, celui-là restera dans les souvenirs. Et parce qu’il faut obligatoirement être deux pour donner le qualificatif « belle » à une rencontre, il convient aussi de rendre hommage à cette équipe laurentine qui vous, nous a fait souffrir de la première à la dernière seconde.
A qualités techniques et physiques égales, la minuscule différence s’est faite sur le mental. Dont Pauline a été l’exemple le plus représentatif.
Je l’ai souvent écrit : lorsqu’elle est arrivée à Roquebrune, Pauline était une ailière pouvant éventuellement jouer à l’intérieur. Les circonstances ont fait qu’elle est aujourd’hui une intérieure « à temps plein ». Pour y parvenir, elle s’est astreint à un énorme travail à l’entraînement, des heures et des heures sous les panneaux à jouer des « un contre un ».
Il n’est qu’un seul domaine dans lequel elle n’est pas totalement fiable, celui des lancers francs, où ses taux de réussite sont… variables.
Contre Saint Laurent , elle a raté ses trois premiers. Et puis a réussi les trois suivants.
En seconde mi-temps elle en a mis un, a raté les deux suivants et en a converti un. On était grosso modo dans ses pourcentages habituels (54% à mi-championnat). Et l’on se doute que dans le contexte d’un match aussi tendu, la « pression », la fameuse et incontournable « pression » devenait de plus en plus forte au fil des minutes.
Il en restait moins d’une lorsque, par deux fois, elle eut à se présenter devant le panneau. On en était à 63/61 (merci Marylène) et ces quatre lancers étaient d’une rare importance. Quatre fois le ballon s’est engouffré sans coup férir dans le panier. Le bras n’avait pas tremblé. Ce n’était plus Pauline mais Ice-Machu par référence à un certain Bjorn Borg sans qui le tennis d’aujourd’hui ne serait pas ce qu’il est… comme RCM Basket ne serait pas tout à fait le même sans Pauline.
Mais il y a plus exceptionnel. Car le 100% des cinq derniers lancers a eu un jumeau : le 100% de réussite aux tirs. 7 tentatives, 7 réussites ! Qui n’a d’équivalent cette saison que le 100% aux tirs lointains de Sarah la semaine dernière. Une Sarah dont je reparlerai une autre fois.
Car, samedi soir, il y a eu plus inimaginable encore. A la fin du match, sur le banc, Pauline a souri. Si. Je vous jure !
Décidément cette soirée restera inoubliable.

Publié dans Non classé | 2 Commentaires »

Oh ma jolie Sarah…

Posté par lulu1414 le 8 janvier 2012

Et dire que Sarah n’était que sur une jambe !

Enfin, ça, c’est la version Lecocquienne (Cyrilienne) de la vie de Sarah telle qu’il me l’avait narrée jeudi matin au téléphone. De son discours, il résultait grosso modo que Sarah n’était pas loin de l’amputation d’une jambe. La veille, j’avais effectivement aperçue Sarah avec une jambe moulée dans le blanc d’un bas de contention. De là à imaginer un tel drame…

Bon, c’est vrai, je force (un peu !) le trait mais disons que la moquerie est proportionnelle à un  trait de caractère de notre coach qui, dans un verre rempli aux neuf dixièmes, ne verra que le dixième manquant. Et encore !

A priori, donc, Sarah n’était samedi soir que sur une jambe. Alors je me pose la question : et si elle avait eu les deux ?

Certes, elle n’a peut-être pas tout à fait eu cette vitesse qui la rend irrésistible sur les contre-attaques. Elle n’a peut-être pas tout à

Oh ma jolie Sarah... Sarah-Blog

Sarah-Pauline: quel duo!

fait eu ce démarrage caractéristique qu’une splendide photo de l’ami Laurent (Boxberger dit Boxitt) mettait samedi en valeur dans Nice Matin, genre charge de bison atrabilaire venant régler ses comptes avec le cow boy qui a eu l’audace de lui tirer dessus et de le rater. Mais pour le reste !!!! Ce fut beau, non, magnifique. Ce fut grand, non, immense. Ce fut exceptionnel. .. quoi que, avec Sarah, l’exceptionnel ait tendance à devenir une banalité.

3 chiffres résument son match : 32, 35, 100.

32 comme le nombre de points marqués. 35 celui de son évaluation (sachant que, habituellement, seules les intérieures atteignent – de temps en temps – un tel score qu’elles font « gonfler » par leur adresse sur les tirs de près et les rebonds capturés). 100, le pourcentage de réussite au tir à 3 points.

Les mauvaises langues – oui, j’en vois immédiatement une camouflée sous les traits d’une personne (très) âgée – me diront aussitôt : « ah c’est sur, 1/1, c’est facile de faire du 100% ! »

Et moi de rétorquer « ah, ah, ah » (genre ricanement). « ah, ah, ah, (donc), 1/1 ! Grossière erreur monsieur la personne âgée ! Non, pas 1/1, 6/6. Six sur six ».

La personne âgée : « c’est impossible. Déjà quand un joueur fait du 40% c’est très bien. Non, 6/6, c’est impossible ».

Moi : « C’est possible (mais c’est dur comme disait en d’autres temps un certain Roland Magdane). C’est d’autant plus possible que je tiens ce chiffre de vos propres statistiques »

La personne âgée : « Non ? »

Moi : « Si ! »

La personne âgée : « je vérifie. Un, deux, trois, quatre, cinq, six, tous cerclés. C’est ma foi vrai. 6/6, ah ben ça alors ! »

Moi. « Non, pas Ben, Sarah à qui même la télévision rendra hommage ce soir avec le film « sans Sarah rien ne va » diffusé sur  NT1, un

e chaîne du câble »

La personne âgée : « c’est quoi le câble ?»

Moi : « je t’expliquerai une autre fois ».

Et c’est tellement vrai que sans Sarah rien ne va !

Après le match, Pascal Dubois – heureux papa depuis quelques jours d’une petite Louise -, entraîneur de l’AS Monaco, constatait : « Sans Sarah, Roquebrune ne gagnait pas ».

Cyril avait fait la même constatation un peu plus tôt. Il l’avait fait sortir en fin de 3ème quart-temps avec l’intention de ne plus l’utiliser. Il la fit prestement revenir lorsque le bateau Roquebrune commença à tanguer sous les coups de la tempête monégasque et menaçait même de couler. Tout comme il fit revenir Pauline, un duo qui fit la différence en prolongation, 10 points sur les 12 marqués, les deux autres, les derniers de la rencontre, étant inscrits par notre petite Cindirella.

Et je conclurai en parodiant très légèrement le fameux tube de Johnny :

Oh ! Ma jolie Sarah

Tu as donné ton corps (à RCM Basket)
Oh ! Ma Jolie Sarah
Merci, merci pour ton effort
Car tout change et tout casse du côté de Monaco
Le désir, le plaisir se diluent dans l’espace
Et je te dis un énorme bravo

Retrouvez moi sur http://lucien14.blogspot.com/

Publié dans Non classé | 5 Commentaires »

Bilan des « bonnes résolutions » 2011

Posté par lulu1414 le 1 janvier 2012

1er janvier, jour des « bonnes résolutions » que l’on affiche haut et fort… et que l’on oublie aussi vite parce que, sans doute, l’habitude est une seconde nature.

J’en avais pris l’an dernier. Voyons donc voir ce qu’il en est advenu.

-          Je ne ferai plus semblant de ne pas voir Pierrette lorsque j’arrive au club. J’ai dû tenir trois jours et puis j’ai craqué. A oublier !

-          Je n’interromprai plus Gillou quand il parle. Trop facile ! Même si j’ai eu l’impression que Gillou parlait un tout petit peu plus (de toute manière il partait quasiment de zéro…) et parvenait même à se « lâcher » au point d’être le porte-drapeau de la NF2 lors du défilé des équipes durant la fête de Noël. C’est bien la première fois qu’il consentait à quitter « sa » mezzanine

-          Je ne demanderai plus à Isabelle de se taire. J’avais commenté : « C’est impossible, de toute façon ». Je confirme.

-          Je ne ferai plus de remarques sur le talent de Fred à la belote. J’avais commenté : « Eh, j’y peux quelque chose, moi, s’il perd tout le temps ? ». Je confirme…

-          Je n’interviendrai plus auprès de Cyril pour qu’il se calme après les arbitres. J’ai dû quand même intervenir quelques fois mais finalement pas très souvent. Il est vrai que le ratio victoire-défaite a été très largement positif durant toute l’année et pas seulement durant la précédente saison.

-          Je ne dirai plus que René est une personne TRES âgée (mais simplement âgée, je pourrai…). Raté.

-          Je ne convoquerai plus Adriana dans mon « bureau ». Raté.

-          Je n’oublierai pas l’anniversaire de Pauline. Tenu.

-          Je ne me moquerai plus de René quand il roule à 40 sur l’autoroute. Ca prouve simplement qu’il est TRES, TRES prudent. Raté

-          Je continuerai à rêver d’une Amandine (Dal F) capable d’avoir durant 40 minutes la vélocité de l’élaphe, l’agressivité de la tigresse et la ténacité d’un piranha affamé telles qu’elle nous l’avait montré durant deux minutes à Albertville la saison dernière. J’en rêve toujours !

-          Je ne fantasmerai pas sur les deux infirmières-choc de RCM Basket (Amandine DMB et Honorine). Et pour cause, elles ne sont plus là. Mais on y pense quand même.

-          Je prononcerai le Binde du nom d’Amandine BAINDE et non Biiinde. Raté.

-          Je tenterai de faire sourire Pauline (c’est pas gagné !). Je confirme… Et pourtant, j’en fais des efforts pour tenter de la dérider !

-          Je ne dirai plus à Patricia qu’elle a la grosse tête depuis que « son » équipe est championne de Ligue. Tenu. Le problème c’est que Patricia a été « remplacée » par Patrick T.

-          Je  ne ferai des frites que quand Denis n’est pas là. Le roi de la frite, c’est lui. Tenu.

-          Je ne ferai plus de remarques très déplacées sur les origines… incertaines d’Antoine. Raté. Mais il faut bien comprendre que cela fait partie de son personnage !

Bon, il y a du travail à faire en cette année 2012 !

Mais quand même je trouve que je me suis un peu « amélioré » sur certains points (si je ne le dis pas, moi, qui le dira ?). Ainsi je n’ai pratiquement pas critiqué l’arbitrage sauf une fois assez récemment. Cela dit, j’ai appris par la suite que ce monsieur fait l’unanimité partout où il passé. Cela me rassure !

A demain pour les vœux !

 

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

Me faire ça à moi!!!!!

Posté par lulu1414 le 25 décembre 2011

Le spectacle est magnifique avec la neige qui tombe en abondance sur les arbres.

Oui, mais… Lorsque je tourne la tête vers la gauche et que mes yeux tombent (façon de parler !) sur le thermomètre, je suis au bord de la dépression. – 12/13 ce matin. Pire que dans mes pires cauchemards. Bon, c’est vrai que c’est rien pour ceux qui aiment la montagne et le froid. Mais, justement, ça, c’est pas mon « truc »… Hier nous sommes allés en visite dans un petit village pas loin du nôtre. Soleil magnifique… et -17 ! Avec le vent en prime. L’horreur absolue… Mais comment un être humain peut-il vivre dans une telle galère ? Et en plus, ils ont l’air d’aimer cela, les Canadiens ! Le Parrain de Lenny est un authentique autochtone (amusant, non ?) qui exerce le délicat métier de chercheur d’or et autres minerais. Parfois par -30. Pourtant, comme ça, il a l’air normal, sympa même. Ca cache sûrement quelque chose. Tout à l’heure il est allé sortir les poubelles quasiment en t-shirt.

Je reviendrai peut-être au Canada pour voir la famille et « Petit Castor » mais certainement plus en hiver. J’ai failli MOURIR… Si, si… et le premier qui rit aura droit à ma totale réprobation.

Hier soir au retour, j’étais tellement « cuit » (par le froid) que je me suis allongé et je n’ai même pas eu la force d’aller voir ce que le Père Noël avait bien pu m’apporter… Du coup, par solidarité, personne n’a ouvert ses cadeaux. Ce devrait être à l’apéritif de midi car avec nos 6 heures de décalage, il est tout juste 11 heures ici. Chez vous les Français Noël est presque fini. Chez nous les Canadiens (bouououououhhhh) la journée ne fait (presque) que commencer.

JOYEUX NOEL A TOUTES ET A TOUS…

Et à demain pour de nouvelles aventures… si Dieu me prête vie !

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Il neige!

Posté par lulu1414 le 23 décembre 2011

Il neige !!!!!!!!!!

Bon, au Canada en décembre, il fallait quand même s’y attendre un peu, surtout dans une station de sports d’hiver !

Mais enfin, hier, j’ai pu me prendre pour le maître du monde (et des cieux).Figurez vous qu’il a fait sur Montreal un soleil (presque) digne de la Côte d’Azur. Ca n’a pas duré mais quand même, quel plaisir !

Et comme le monde est décidément petit, j’ai trouvé dans un magasin un Français de Paris qui avait une partie de ses études supérieures à Cannes – quasiment ma ville natale -, dans « mon » Lycée. Et il avait également suivi des cours rue de Mimont où j’ai habité durant une vingtaine d’années. Comme quoi !

Sinon, le décalage horaire créé parfois des situations un peu ubuesques. Mon téléphone a sonné cette nuit à 3 heures du matin ce qui correspondait évidemment à 9 heures en France. C’était le service des Sports de Roquebrune-Cap-Martin !

Du coup, ce matin, je suis allé sur le site internet de la Fédé pour voir le tirage au sort des Coupes. J’ai donc découvert que nous allons faire le long déplacement de Monaco. Un joli derby en perspective car ce match de Coupe n’aura probablement aucun rapport avec les rencontres amicales de tout début de saison. Ce sera très intéressant en tout cas.

Voilà. Sinon, nous sommes dans un magnifique chalet avec sauna et table de billard. Dehors, la neige tombe doucement mais sûrement et la couche commence à bien se former au sol. Me faire ça à moi !

Bon, tout ceci ne m’empêche pas de bien penser à vous tous.

A demain pour de nouvelles aventures…

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

Une véritable équipe 2

Posté par lulu1414 le 13 décembre 2011

Dois-je avouer que j’ai été très fier dimanche après-midi de voir notre équipe 2 remporter un magnifique succès sur le Cavigal ? Pas forcément fier de la victoire elle-même mais plutôt de la manière et surtout du contexte. Pour la première fois depuis très longtemps j’ai vu une véritable « équipe 2 » avec nos jeunes cadettes bien encadrées par les deux joueuses de l’équipe première (les deux Marine) et notre Heidi qui, unUne véritable équipe 2 Heidie fois de plus, a été stratosphérique : 25 points, évaluation de 33 avec 9 rebonds, 4 interceptions et 6 passes décisives !

Ce match a aussi marqué les grands débuts d’une joueuse qui portait autrefois les couleurs de Monaco et nous avait rejoint à la reprise au mois d’août, hors période de mutation. Obtenir sa qualification n’a donc pas été une simple affaire et sans la bienveillance des dirigeants de l’AS Monaco et de son président Arnaud Giusti nous n’y serions pas parvenus. C’est enfin fait et Mlle Palmero a donc pu revêtir pour la première fois le maillot de Roquebrune en compétition officielle. Au plaisir… et au souci des entraîneurs. Cyril était exceptionnellement dimanche sur le banc mais Sandra aura le même problème dans les semaines à venir. Car Mlle Palmero se prénomme Marine ce qui en fait donc trois dans le groupe ! Pas facile de s’y retrouver dans le feu de l’action, d’autant qu’il y a aussi deux Léa… Cyril s’y est parfois un peu perdu !

Concernant le match lui-même, il a été très plaisant à suivre avec beaucoup de suspense et l’on peut aisément faire un parallèle à celui de la veille au soir de l’équipe première à Carqueiranne. L’écart entre les deux équipes n’a jamais été très important avec de nombreuses égalités. -6 à la fin du premier quart-temps, +5 à la pause, + 4 à la fin du troisième quart-temps, la rencontre pouvait basculer d’un côté comme de l’autre. Comme l’équipe première, Heidi et ses partenaires ont réussi à faire la différence dans les dernières minutes, quasiment point par point face à des Niçoises qui ne lâchaient pourtant rien et ont présenté un groupe très solide. Les battre peut être assimilé à une grosse performance pour notre équipe qui restait sur une série de huit défaites !

C’est si vrai qu’au moment de la distribution des feuilles de match après la rencontre, Valérie n’a pas été loin de prendre la jaune du perdant, tellement elle en a l’habitude !

J’ai déjà évoqué le rôle d’Heidi et je n’y reviendrai pas. C’est impossible ! Avec elle j’ai déjà épuisé mon lot de superlatifs.

Avec elle, les trois Marine ont pesé sur ce match. En premier lieu Marine F. auteur de 17 points et 6 passes décisives pour une évaluation de 21. J’ai surtout vu une « patronne », chose qu’elle ne parvient pas encore vraiment à faire en équipe première. Une histoire d’état d’esprit. Ce match doit lui servir de référence. Elle a aussi fait preuve d’une totale abnégation dans un match relativement physique (mais très correct et globalement bien arbitré). Elle s’est retrouvée plusieurs fois au sol, notamment sur une action où elle s’est relevée titubante comMarine-P-200x300me un cow-boy dans une prairie de l’Arizona venant de se faire piétiner par un troupeau de bisons. « Et y’avait pas faute, là ? » a-t-elle lancé à l’un des arbitres avec l’air dégouté de la fille qui, décidément, ne comprend pas. Un air dégouté qui n’a eu d’égal que celui de Marine P. sortant après sa 4ème faute et manifestant une totale incompréhension avec une moue explicite !

Marine C. n’a marqué « que » 9 points (trois paniers bonifiés, évidemment) mais, comme en équipe première, elle a abattu un travail phénoménal avec notamment 8 rebonds et 7 interceptions plus 4 passes décisives !

Il ne fallait pas attendre de miracles de la part de Marine P. (photo ci-contre) qui n’avait plus joué en compétition officielle depuis un an et demi ! Sa performance avec 7 points, 6 rebonds, 4 gains de balles est donc remarquable. Elle va certainement monter en puissance dans les prochaines semaines.

Amandine et Léa R. ont bien fait ce que le coach leur demandait. Avec sérieux. Tout comme nos deux cadettes, Anaïs très utile en rotation intérieure et ma petite Bozzo, Léa P. qui a le même « défaut » que Marine F., un excès de timidité qui ne lui permet pas de tirer tout le parti de ses qualités. J’attends avec impatience le jour où elle aura trouvé la confiance en elle.

PS. Ceux qui le souhaitent peuvent me retrouver sur un autre blog lucien14.blogsport.com

Publié dans Non classé | 3 Commentaires »

Que du bonheur!

Posté par lulu1414 le 11 décembre 2011

Il y avait deux grands rendez-vous ce samedi, en début d’après-midi celui des Poussines affrontant l’autre équipe invaincue du groupe, Antibes, l’autre en début de soirée à Carqueiranne où notre équipe première disputait le premier match retour de NF2.

A l’arrivée, deux victoires de « conception » très différente. On trouvera par ailleurs mes commentaires sur le match de Carqueiranne (page NF2)  et sur le site du club le compte rendu de ce match.

Je reviendrai dans une prochaine rubrique sur la victoire des Poussines qui confortent leur première place.

Que du bonheur, quoi!

Et si la Senior 2 nous réservait une très bonne surprise tout à l’heure…

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

12345...16
 

rugbytoulouse top 14 |
antoineferrand |
- 11 ans - Equipe rugby Pou... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tournoi95futsal
| FRANCOIS CARDINAL
| Comité Départemental de Dan...